bg

Récolte de graines ! La cardère sauvage, ou cabaret des oiseaux

7 Déc 2022

De son nom scientifique Dipsacus fullonum, la cardère sauvage est une plante bisannuelle, c’est-à-dire que son cycle de reproduction s’étale sur deux années. La première année, la cardère crée une large rosette de feuille, tandis qu’elle développe sa tige, ses feuilles et son inflorescence la deuxième année.

Souvent confondue avec un chardon, la cardère est grande, épineuse, et se termine par une inflorescence rose. Mais elle ne fait pas partie de la famille des astéracées (contrairement au chardon).

Son autre nom « cabaret des oiseaux » vient du fait que ses feuilles, opposées, forment une « coupelle » qui se remplit d’eau lors des averses. On dit que les oiseaux s’y abreuvent. Mais il semblerait aussi qu’il s’agisse d’une tactique supplémentaire, en complément de ses petites épines, pour empêcher certains prédateurs d’atteindre le haut de la plante (ils meurent noyés avant).

Les fleurs de la cardère sauvage sont très nectarifères, et les insectes apprécient la générosité de la plante.
Les graines, lourdes, se trouve au fond du tube floral. Elles ne se dispersent pas facilement, et tombent généralement à côté du pied mère lorsque les oiseaux, particulièrement le chardonneret élégant, en laisse quelques-unes tomber au sol. Elles sont mûres au début de l’automne, en fonction de la météo et de l’altitude.

Il n’est pas rare de voir les cardères sèches, sur pied. Le capitule de fleurs séchées était utilisée autrefois en « broche » pour carder la laine. Elle est cependant à distinguer de la cardère à foulon ou « chardon à Bonnetier » (Dipsacus sativus) espèce domestiquée et produite spécifiquement pour le cardage de la laine.

Pour tout savoir sur la cardère, une référence incontournable : la revue la hulotte n°61 sur la cardère sauvage (et le n°62 sur la cardère cultivée) > la hulotte est disponible à la médiathèque de la MNEI.

Photos : en haut : association Gentiana, Jean-Jacques Houdré [CC BY-SA 2.0 FR], via Tela Botanica // en bas : Bertrand BUI [CC BY-SA 2.0 FR], via Tela Botanica, Marie Portas [CC BY-SA 2.0 FR], via Tela Botanica, Wikimédia Commons

Tweeter