bg

Entretien avec Séverine MILLET, fondatrice de Nature Humaine

28 Mai 2015

En septembre prochain débute la deuxième session de la formation « Mieux accompagner les changements de comportements » proposée par la MNEI et l’association Nature Humaine

Entretien avec la formatrice Séverine MILLET, fondatrice de l’association

Séverine, quelle est ton histoire ? ton parcours ?

2014-03-10 15.22.38Ancienne avocate Droits de l’homme, droit humanitaire et droit de l’environnement.
En travaillant sur les grands crimes de guerre, je me suis très vite interrogée sur la dynamique humaine de l’action et de l’inaction dans des contextes de guerre.
J’ai aussi beaucoup réfléchi à l’origine et à la racine de mon engagement dans ces « métiers de sens » et mon besoin d’être utile et de participer au changement du monde, de la société. J’ai vu que mon engagement, mon militantisme était fondé sur un fort sentiment de culpabilité face à la souffrance, un sentiment d’injustice, et aussi d’impuissance face à tout ce qu’il y a à faire. Tristesse, colère, indignation constante. Tout cela était mon moteur… et m’usait à la longue car je ne me sentais jamais rassasiée par mon action et il y avait tant à faire (j’ai commencé à militer dans une ONG droit des femmes à 17 ans) ! En explorant la racine de l’engagement et de mes motivations, j’ai peu à peu lâché l’émotionnel pour trouver une motivation à l’action plus centrée sur mes besoins et mes élans créatifs. J’ai redéfini ma propre capacité à agir (et donc mon niveau de responsabilité) et c’est sur cette base que je réalise mes actions. Je sens désormais que mon action militante est fondée sur des bases solides et pérennes, et je suis donc plus du tout sujette au découragement face au dépit de voir que finalement les choses ne changent pas vraiment. Je suis toujours indignée, triste aussi de voir les dégâts irrémédiables, mais je prends ma part de responsabilité, je fais ce que je peux et je suis sereine avec ça.

Chaque fois que j’agis, je détermine clairement mes objectifs, les résultats attendus, les moyens disponibles, les besoins de mes « publics » et je fais tout ça avec eux afin que l’action soit toujours adaptée à leur réalité, leurs résistances, leur contexte, leurs besoins. C’est une grande joie d’agir ainsi. Je me suis formée à l’accompagnement (coaching systémique et écoute active et apathique) pour vraiment accompagner mes publics.

Qu’est-ce qui t’as amenée à créer Nature Humaine ?

Faire le lien entre les connaissances sur le changement des sciences humaines (sociologie et psychologie) et les métiers de l’environnement.
Apporter des réponses à des questions comme : « pourquoi on change peu alors qu’on connait les enjeux environnementaux, les risques pour nous humains et les moyens de changer ? »
J’ai d’abord vulgarisé beaucoup les travaux existants via la lettre Nature Humaine (disponible gratuitement sur le site), puis je me suis formée à l’accompagnement et désormais je forme et accompagne les métiers de l’environnement sur la question du changement des comportements face aux enjeux environnementaux.

Dans quel objectif a été montée la formation « Mieux accompagner les changements de comportements » proposée en partenariat avec la MNEI ?

Le principe de la formation est que les métiers de l’environnement appréhendent et accompagnent mieux le changement chez leurs propres publics sur le terrain. Cela leur permet de mieux adapter leurs stratégies d’action à leur public en tenant mieux compte des résistances, motivations réelles, attentes et besoins, ainsi que de leur contexte.

5 journées réparties sur 3 mois pour :

2014-03-10 16.41.52

  • trouver une posture professionnelle plus accompagnante, plus puissante, plus adaptée à vos publics et plus confortable et satisfaisante pour vous
  • mieux comprendre, appréhender et accompagner le changement des comportements
  • mieux comprendre et accompagner vos publics
  • résoudre vos problématiques professionnelles liées au changement des comportements
  • explorer les connaissances de la psycho-sociologie du changement et la notion de besoins
  • explorer de nombreuses stratégies pour mieux tenir compte des résistances,
  • savoir diagnostiquer résistances et besoins et adapter vos stratégies à ce diagnostic
  • découvrir l’écoute active comme outil d’accompagnement et de diagnostic
  • créer des outils et méthodes d’accompagnement adaptés à votre métier et à vos objectifs.

Quels retours peux-tu nous faire sur la première session 2014 ?

IMG_5276Intense, passionnant, exigeant. J’ai vu certains participants changer complètement de regard sur leur métier et sur leurs publics et changer de posture. Découvrir une meilleure écoute, mieux comprendre son public et comment il fonctionne, trouver des outils opérationnels pour mieux travailler peut apporter un profond soulagement professionnel et personnel. Ces personnes sont souvent personnellement impliquées dans leur métier, ce qui ajoute une dimension émotionnelle pas toujours bien vécue. Ici, on prend simplement conscience de ça et on essaie de voir comment être bien et puissant au travail sans pour autant être malheureux parce que les résultats ne sont pas à la hauteur des enjeux. On devient plus pertinent.

Qu’as-tu à dire à nos prochains stagiaires ?

Cette formation est une belle exploration au cœur de la mécanique du changement, et un vrai temps pour revisiter son métier, ses attentes, sa posture, son bien-être au travail. Un temps de réflexion et de résolution de ses problématiques professionnelles, un temps pour créer de nouvelles bases et de nouvelles façons de faire.

>> Renseignements et inscriptions à la formation <<

 

Tweeter